Conseil syndical A. :: Désordres dans la ville.

Ce que je n’aime pas à Cachan: Le texte suivant sera adressé à la Mairie de Cachan :

« Samedi 18 février dans l’après-midi, un énième incident a eu lieu sur le parking de la Mairie (coin Camille Desmoulins et Gallieni).

Plusieurs voitures de jeunes hommes à l’allure très « urbaine » sont arrivées successivement pour faire fixation sur le parking (on se gare, on discute autour pendant des heures, on sonorise la place).

Avec les individus âgés de 20 à 30 ans environ sont arrivés dans l’ordre :
– un petit garçon de 5 ans
– 2 garçons de 12 ans sur des trottinettes
– 2 bébés avec leurs mères

Au final, l’ensemble des véhicules ont mené une petite vingtaine personnes à « zoner » sur la place. Certains se connaissaient, d’autres non.
A force de manœuvres incontrôlées, 2 voitures ont fini par se toucher. Leurs propriétaires respectifs ont entrepris d’établir un constat, dans un esprit non-violent au départ – malgré le mode assez démonstratif  (…).

L’établissement du constat s’éternisant, les choses ont commencé à s’envenimer, et plusieurs personnes des quelques clans qui se trouvaient là en sont venues aux mains, le tout sous les regards des enfants et du reste de la population qui circulait à pied et en voiture en ce samedi après-midi animé.

Ces événements sont intolérables à plusieurs titres, en dehors de la violence des belligérants pour eux-mêmes :

– un des enfants qui se trouvaient là aurait très bien pu être blessé, victime d’une bousculade ou d’un coup perdu ; en l’espèce, ils en ont été quittes pour se retrouver exposés à un spectacle d’une violence inouïe pour leur âge ;
– ce spectacle donné en plein centre-ville, au pied de la mairie, est déplorable et donne l’impression d’un laisser-aller tout à fait admis. Sans parler de la bagarre elle-même, ces individus n’oseraient pas se comporter ainsi dans leur propre salon ; ce parking est un véritable paillasson sur lequel ces groupes s’essuient allègrement les pieds ;
– un tel évènement ne se serait pas produit si on ne laissait pas s’installer ces voitures, qui exercent régulièrement une véritable occupation de terrain sur le parking.

Au printemps dernier, nous avions rencontré Mme Papazian, adjointe au maire chargée de la sécurité, et M. Notte, responsable opérationnel, pour les alerter sur une série d’incidents rapprochés et variés au même endroit. Les choses s’étaient calmées pendant un temps, mais, depuis quelques semaines les fixations reprennent, ainsi que certains trafics.

Ces événements appellent une réponse radicale en termes de police. Il faut considérer que le trouble à l’ordre public apparaît dès lors que la première voiture du premier groupe s’installe car, on le constate à la lecture de ces faits, la simple présence de ces groupes prêts à s’enflammer crée une situation potentiellement dangereuse.

Nous demandons donc une intervention de dispersion systématique de la part des forces de l’ordre dès qu’elles constatent ces stationnements invasifs, ainsi qu’une vigilance renforcée sur ce parking pendant les rondes de la police municipale et nationale, particulièrement le week-end en journée et tous les jours en soirée. »

Mes idées pour l’améliorer: Ces événements appellent une réponse radicale en termes de police. Il faut considérer que le trouble à l’ordre public apparaît dès lors que la première voiture du premier groupe s’installe car, on le constate à la lecture de ces faits, la simple présence de ces groupes prêts à s’enflammer crée une situation potentiellement dangereuse. Nous demandons donc une intervention de dispersion systématique de la part des forces de l’ordre dès qu’elles constatent ces stationnements invasifs, ainsi qu’une vigilance renforcée sur ce parking pendant les rondes de la police municipale et nationale,

Publicités

Une réflexion sur “Conseil syndical A. :: Désordres dans la ville.

  1. Aux problèmes que suscitent ces stationnements invasifs, ajoutons ceux liés à la pollution atmosphérique provoquée par les véhicules stationnés dont les propriétaires n’hésitent pas de façon répétée à laisser tourner le moteur pendant plusieurs dizaines de minutes pour faire fonctionner le chauffage et éviter ainsi de se les geler (constats faits à plusieurs reprises en période hivernale, surtout le soir).
    D’ailleurs, s’agissant de pollution, le carrefour Desmoulins/Georgeon/Dormoy est très chargé aux heures de pointe le matin et le soir, c’est très flagrant, les odeurs de gaz d’échappement sont très intensément nauséabondes et malsaines. Les services municipaux ont-ils prévus d’y faire des relevés de pollution ? Cela a un impact sanitaire sur les riverains du carrefour, également sur les enfants qui, aux heures de pointe, traversent quotidiennement ce carrefour pour se rendre aux écoles (maternelle, primaire, collège). Monsieur le Maire, IL DEVIENT URGENT DE SE PENCHER SUR CE FLEAU SANITAIRE.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s